Les Amis de Guirobe

Les Amis de Guirobe

F- voyage 2013

Voyage Janvier Février Mars 2013 

 

Notre dernier article de septembre 2012 vous informait desgrandes lignes sur la préparation du voyage 2013. Par souci de sécurité, compte tenu de la situation géopolitique dans les régions proches de Guirobé, nous avions choisi de ne pas informé par le site le timing de ce voyage.

Les dates de ce voyage ont été calées en fonction des perspectives de livraison des colis à Guirobé. Nous avons été contraint d’abandonner le transport des colis par container car aucun transporteur
sérieux n’a répondu à notre demande d’acheminement de Dakar à Kidira voir à Guirobé.

Par contre, par l’intermédiaire de Voyage Forum :  http://www.forumvoyage.com  un transporteur
propose de prendre les colis au siège de l’association pour les acheminer directement à Guirobé 

 

 


Pour faciliter le stockage et le transport, l’association à approvisionné des cartons neufs de 60x40x40. Nous avons rempli 33 caisses pour un poids total de 560 kgs plus le risograph que nous avons acheté dans sa caisse d’origine environ 80x80x80 cm et un poids de 80 kgs.

Après avoir vérifié l’inscription de la société au répertoire SIREN à l’INSEE, une facture et le passeport que nous avons photocopié, nous avons confié au transporteur Mr Mayali Georges les 34 caisses pour un poids total de 640 kgs et l’association à réglé par chèque 2 900, 00 €.

 C’est avec 2 autres 4x4 que nous embarquons à Barcelone le 11 janvier sur un Ferry de la GNV(Grandi Navi Veloci) direction le port de Tanger Med ou nous arriverons après 26 h de traversée.

 

Pour ce voyage, un troisième et nouvel équipage de la région de Lyon, Cathy et Gérard rencontré sur Forum voyage se joint à nous.

Nos amis fidèles depuis la création de l’association Yolande et Philippe et qui ont fait partis de tous les voyages composent le deuxième équipage. Les premiers tours de roues commencent mal pour Philippe qui, en montant la rampe du Ferry à Barcelone entend un bruit bizarre et son 4x4  Toyota se retrouve immobilisé.

 Pendant la traversée, toutes les hypothèses ont été envisagées sur le diagnostic de cette immobilisation mais il nous est interdit d’aller dans les garages aux véhicules, nous ne pourrons intervenir maintenant qu’a Tanger.

 

Arrivés à Tanger le Toyota de Philippe sort le dernier et s’immobilise en bas de la rampe.

Gérard, mécanicien Toyota fait rapidement le diagnostic, le pont arrière est cassé. Nous décidons d’acheminer le Toy sur camion jusqu'à l’aire des voyageurs de Larache ou nous pourrons essayer de trouver une solution.

 

La sortie du port Tanger Med se passe bien et arrivés à Larache sous la pluie nous installons notre campement, Gérard et Philippe entreprennent le démontage du pont arrière et le diagnostic est rapidement confirmé.

Tout est possible en Afrique ! Nous sommes samedi en fin de journée, le serveur du resto connait un gars qui connait un mécanicien, qui connait un dépôt de pièces détachées d’occasion à Casablanca ….

Un pont d’occasion devrait arriver demain dimanche en fin de matinée. La pluie continue, pas aisé de manger au resto de l’aire des voyeurs de Larache sous les bâches.

                                                                          

Dimanche, la pluie cesse, le soleil commence à se montrer  en fin de matinée, le pont d’occasion arrive. Gérard « l’ausculte » pour une occasion, c’est une occasion, il devait être stocké dans le sable ! Après nettoyage, le remontage est rapidement effectué.

Il est 16hoo, les 3 voitures quittent Larache.

 

Rapidement Philippe entend un ronronnement anormal et des à coups en décélération, et après

200 kms peu avant Casablanca vers 19 h, nous décidons de bivouaquer sur le parking d’une station service.

 

Le bruit du pont se stabilise et après environ 1000 kms, nous arrivons le mardi vers 18h 00 à Guelmin ou direction » plage blanche« nous arrivons à Fort Bou Jerif chez notre ami Pierre.

Depuis plusieurs années Pierre et Nadjet s’intéressent à notre association.

 


Après tous ces kms nous apprécions la qualité de l’accueil, l’apéro, les bons  plats cuisinés, le camping, etc. La veille du départ de Limoges malgré une visite chez l’ostéopathe, j’avais le dos complètement bloqué et il m’était très douloureux de monter à la tente de toit pour dormir.

Me voyant dans cet état, Nadjet n’a pas hésité à mettre à ma disposition une chambre confortable avec un vrai lit dans l’hôtel. Merci Nadjet.

Le lendemain matin vers 10h00, c’est, bien reposé (avec toujours un peu mal au dos) que nous quittons Fort Bou Jerif mais, promis, nous nous y arrêterons au retour  pour au moins 2 nuits, afin de profiter pleinement de cet  endroit magique, que nous avons vu naître. Nous étions en 1989 le premier voyageur à venir dans cette nouvelle structure en création.

Depuis Pierre et Nadjet ont su la pérenniser et la développer. C’est une halte agréable pour les voyageurs qui descendent dans le sud Maroc, la Mauritanie et l’Afrique de l’Ouest.

http://www.boujerif.com

 

Jeudi, nous faisons halte au camping, Le Bédouin à Dawra ou nous repérons immédiatement un véhicule Toyota LC 100 que nous avions vu participer au rallye « Le Dakar »

 

                                 

 

Nous reconnaissons un des pilotes officiels Toyota, Jean Jacques R...T

Nous apprécions la préparation de ce véhicule, nous passons une bonne soirée et  nous échangeons nos adresses  en nous promettant de garder le contact et qui sait peut être une autre rencontre lors d’un autre voyage.

 

Après un bivouac avant Daklha, nous atteignons notre dernière étape au Maroc,  Barbas, avant
la Mauritanie. Après avoir fait tous les pleins de nos réservoirs à cette station détaxée, nous passons la nuit sur le parking de la station.

 

Nous essayons de joindre en vain notre transporteur Mayali pour connaître sa position, mais nous avons sa messagerie.

 

La frontière de la Mauritanie est fermée le samedi et le dimanche pour les camions poids lourds, aujourd’hui lundi c’est la bousculade à la frontière .Arrivés vers 9h00 à la frontière Maroc, nous rentrons en Mauritanie à 14h30. Pour notre prochain voyage il faudra revoir nos jours et horaires de passage.

Contrairement aux années passées ou nous pouvions rejoindre Nouakchott avant la nuit, nous décidons de faire un détour sur Nouadhibou chez Ali.

 

Le lendemain nous arrivons à notre étape habituelle, l’auberge Awkar à l’entrée de Nouakchott .Cette auberge à une »  cour camping »  bien gardée ou nous pouvons profiter du resto et passer une nuit dans nos tentes de toit en toute sécurité.

 

Toujours pas de nouvelles de notre transporteur Mayali qui est peut être au Maroc en train de faire d’autres livraisons.

 

Nous allons bientôt quitter le goudron pour emprunter la piste vers le barrage de Diama à l’entrée du Sénégal. Philippe n’a pas confiance dans le pont d’occasion installé sur son Toyota surtout pour circuler sur la piste, il décide de remplacer le pont.

 

Avec l’aide du patron de l’auberge, un pont presque neuf rigoureusement identique est trouvé à Nouakchott. Philippe repart le lendemain matin avec cette pièce de rechange dans le coffre.

Avec le carnet ATA, l’entrée au Sénégal est rapide, et c’est, sans aucun contrôle que nous arrivons au camping Océan à St Louis du Sénégal. Nous sommes mardi et nous avons du temps, notre prochain rendez vous c’est dimanche à 23h 50 ou nous devons récupérer Yolande à l’aéroport de Dakar.

 

Malgré l’absence de Jérémy, le patron du camping Océan qui est en France, l’accueil et l’ambiance sont agréables, nous restons 2 jours à Saint Louis.

Nous avons la chance de rencontrer par hasard à ce camping un membre de l'association Claude D......S qui remonte de Guinée avec sa vieille Clio. Il va rester au camping pendant 8 jours pour récupérer un peu de la fatigue du voyage, sans confort, sans clim, dans la poussière ! Nous apprendrons par la suite que sa remontée vers la France a été compliquée : casse mécanique, tracasseries administratives e Mauritanie etc. . Claude connait bien ce genre de voyage, il a de l'expérience et il sait faire face à toute les situations.   

Nous nous rapprochons de Dakar en plantant notre bivouac  dans la cour arrière de l’hôtel
Terre d’Afrique comme l’an passé, Cet établissement met à notre disposition une chambre inoccupée pour bénéficier des toilettes et de la douche. Nous profitons également de la piscine, du resto, de la plage de Ndayane situé entre Toubab Dialaw et Popenguine,  sans oublier l’accueil toujours égal du personnel. http://www.terreafrique.com

                              


Philippe profite de ces moments de repos pour faire changer le pont de son Toyota.

C’est le responsable mécanique de la station de Popenguine, Pierre, qui fait venir 2 mécanos de la station Shell de  M’Bour avec leur matériel. Le temps de prendre un café, et le nouveau pont est mis en place.

Après essai, le sourire de Philippe me confirme que c’est confiant qu’il continuera son voyage. Nos amis Cathy et Gérard ne connaissant pas l’ile de Gorée, nous les accompagnons pour cette visite.

Dimanche, comme prévu nous récupérons Yolande à l’aéroport de Dakar.

Les 3 équipages sont maintenant au complet dès demain nous mettrons le cap plein Est vers Guirobé.

 

Nous effectuerons ce trajet en 2 jours. Nous faisons halte à Tambacounda, nous profitons du parking de l’Hôtel Oasis Oriental pour planter notre bivouac. Nous avons plaisir à retrouver le patron de cet établissement Mr Gueguen Consul Honoraire de France qui avec son épouse, nous réserve un bon
accueil et met à notre disposition les sanitaires  et la douche. Nous dinons sur le bord de la piscine  http://www.oasisoriental.com

 

Avant d’arriver Tambacounda, la climatisation de mon Toyota s’est arrêtée, un fusible à dû « sauter » car  le ventilateur est également hors circuit.

Capot ouvert à Tambacounda, c’est la cata ! La bobine de l’embrayage du compresseur de la clim est fondue d’où le court circuit qui a fait « sauter «  le fusible.

 

Il nous faut absolument rejoindre Guirobé demain car même si nous n’avons pas de nouvelles récentes du transporteur des colis de l’association, nous pensons qu’il est quelque part sur le chemin de Guirobé.

 

Mardi 29 janvier, nous arrivons à Kidira ou nous attends Augustin.

 

Nous arrivons enfin à joindre au téléphone notre transporteur Mayali qui nous informe qu’il a été bloqué 5 jours à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie du fait de l’intervention de l’armée Française au Nord Mali.

Ne pouvant attendre plus de temps car il avait d’autres engagements en France, il a remonté a Tanger où il a mis les colis dans un hangar surveillé. Il compte pouvoir reprendre la route du Sénégal vers le 15 février.

Nous lui faisons part de notre mécontentement et l’informons que les colis doivent être impérativement livrés à Guirobé pendant notre présence pour les réceptionner et remettre les marchandises aux intéressés.

 

Augustin nous rejoins à Kidira.

 

Avec le nouveau Président du Sénégal, Le Ministère de l’éducation a décidé de mettre en place des réformes pour améliorer le système éducatif.

A la fin de l’année scolaire 2012 en juin, les instituteurs ont été priés de rester dans leurs écoles pour un  inventaire des effectifs et un recensement.Cette enquête  s’est terminée fin juillet 2012.

 

Début octobre, la rentrée scolaire  2012/ 2013 se passe normalement à Guirobé.
Fin novembre, le Directeur Mané nous informe qu’un nouveau directeur à été nommé par le Ministère à Guirobé. Nous intervenons immédiatement auprès de Mr l’Inspecteur Diop à Bakel que nous avions rencontré en novembre 2011 pour lui présenter notre projet de construction des appartements pour les 2 instituteurs.
Après nous avoir félicités et remerciés des actions effectuées par l’association pour le village de Guirobé, son école et le collège de Kidira, il nous a confirmé le maintien des 2 instituteurs à leur poste tant qu’ils le voulaient.

Mr Diop ne semble pas être informé de l’arrivée de ce nouveau directeur  à Guirobé  et que ce directeur a du intervenir directement auprès du nouveau Ministère de l’éducation.

Mané n’a pas l’intention de laisser sa place et en informe le village et l’association Sénégalaise. Le village dans son ensemble refuse la venue de ce nouveau directeur qu’ils connaissent bien car il est d’un village proche de Kidira.

Pour le village, ce directeur pense avoir une meilleure situation en venant à Guirobe. Il doit penser que les "Blancs "donnent beaucoup d'argent aux instituteurs ce qui est complètement faux

Le chef du village et les membres de l’association vont à Bakel rencontré Mr l’Inspecteur Diop pour lui signifier qu’ils ne veulent pas de ce nouveau directeur et que si il reste , leurs enfants n’iront plus à l’école de Guirobé.

De retour au village, les villageois en informe le nouveau directeur qui face à leur détermination, démissionne de ce poste et retourne dans son ancienne école.

 

Dans les villages, il n’y a pas de structures scolaires pour prendre en charge les enfants avant 6 ans, A la rentrée scolaire en octobre 2012 aucun enfant n’était en âge de démarrer la scolarité à Guirobé en classe de C I alors qu’a la prochaine rentrée 2013 il y aura au moins 37 enfants en âge de rentrer en CI. Mr l’Inspecteur est contraint de revoir le développement de son effectif d’enseignants tant que le Ministère ne lui aura pas attribué les 80 enseignants qu’il lui manque.

Il a été décidé de regrouper toutes les sections dans la classe de Mr MANE et de redéployer

Mr Augustin FAYE en renfort dans un autre village situé à 50 kms de Guirobé.

 

Avant notre départ pour Guirobé, nous avons eu de nombreux  entretiens téléphoniques avec
Mr L’Inspecteur d’Académie qui nous a assuré que Mr FAYE regagnera Guirobé dès que le Ministère lui aura envoyé au moins 1 instituteur.  Compte tenu de l’implication de Mr FAYE dans le bureau de l’association Sénégalaise APE de Guirobé au poste de trésorier et qu’il est aujourd’hui le seul à pouvoir à partir de Kidira correspondre par internet avec l’association Française Les amis de Guirobé,

Mr l’Inspecteur l’autorise à retourner à Guirobé le temps que la délégation de l’association Française sera en visite à Guirobé.

 

C’est dans ces circonstances que nous retrouvons avec plaisir Augustin Faye à Kidira et nous rejoignons rapidement Guirobé le 29 janvier 2013 dans l’après midi.

 

Dès la sortie de Kidira par le goudron qui rejoint Bakel, après la traversée de la ligne de chemin de fer et la gare routière, juste après le petit pont nous prenons la piste à gauche en contre bas. La piste est sablonneuse, nous ne roulons pas trop vite pour éviter de faire trop de poussière. nous slalomons entre les adéniums (Baobabs chacal) en fleurs, on dirait que  notre 4x4 est pressé d’arriver à destination,
la foret des gros baobabs est en vue , nous longeons le grillage du maraichage, les bâtiments de l’école sont sur notre gauche avant l’entrée du village, nous sommes attendu, les enfants dans la cour de l’école viennent au devant de nous, nous roulons doucement avant de nous arrêter sous un baobab majestueux qui sera notre protection pendant notre séjour de travail à Guirobé.

 

                        

 

Chaque équipage s’installe près d’un baobab, chacun y va de son expérience pour orienter au mieux le 4x4 pour se protéger du soleil, les baobabs à cette époque de l’année n’ont pratiquement plus de feuilles, il nous faut compter uniquement sur l’ombre de son énorme tronc et ses branches. L’idéal
serait de faire le tour du baobab au fur et à mesure du déplacement du soleil mais ça c’est impossible.

Philippe et yoyo s’installent comme les années passées entre 2 baobabs, Gérard et Cathy qui viennent pour la première fois choisissent leur baobab. Pour notre part, nous choisissons le même emplacement que l’année passée mais nous orientons le 4x4 capot avant plein sud.

Cette année nous avons 2 valises panneaux solaires qui s’installent sur un support amovible fixé sur le pare choc avant. Ce séjour à Guirobé, nous permettra de tester la pertinence de notre choix pour cette installation, en effet le maintien de la charge de notre batterie à décharge
lente pour les accessoires et plus précisément pour le frigo, équipement indispensable pour un tel séjour  sous des températures de 40 à 45 °c.

 

Nous informons immédiatement le directeur  Mané et le Président de L’association A P E  qui nous a rejoint et que nous avons perdu le contact avec le transporteur Mayali mais que nous espérons bien qu’il arrivera à Guirobé pendant notre séjour. Malgré leur immense déception, ils espèrent bien comme nous que la situation géopolitique n’aura pas empêché le fourgon de passer les frontières.

Les visages des enfants, leurs sourires, leurs grands yeux qui surveillent émerveillés tous nos gestes pendant notre installation nous fait rapidement oublier les difficultés que nous avons rencontré pour arriver jusqu'à Guirobé.

Notre installation terminée nous dressons avec Mané et Augustin un planning prévisionnel des tâches, opérations, travaux que nous aurons à effectuer pendant la première partie de notre  séjour à Guirobé.

 

-Visite du village pour saluer les familles

 -Assemblée Générale de l’association, rapport moral et financier.

-Calcul des besoins financiers pour l’école, fournitures, bourses etc.

-Réception des constructions, bâtiment école, appartements et sanitaires.

-Approvisionnement du mobilier des appartements.

- Validation de la suppression du bassin pour le maraichage suite à la construction d’un deuxième puits.

-Visite au collège de Kidira et connaissance du nouveau Principal.

-Visite à l’inspection académique de Bakel.

-Visite des administrations de Kidira, Douanes, Police et gendarmerie.

-Organisation de la soirée pour l’étape des 03 et 05 février du raid de Globe Trotter (Transbaobab)

 

Visite du village.

 

 

Nous suivons Augustin, Mané et le Président de l’APE pour saluer l’une après l’autre les familles. Leurs sourires en dit long sur la joie qu’ils éprouvent de nous revoir. Certaine personne ne parlent pas le Français ou seulement quelques mots comme bonjour et merci.

Augustin ou Mané traduisent nos échanges et nous passons dans une autre case.

Comme c’est de coutume ici, nous rencontrons la famille du monsieur décédé fin 2012, Ce Monsieur qui était devenu très handicapé à cause d’un diabète important était un fidèle actif auprès de l’école, il ne manquait jamais une journée pour venir voir les instituteurs au travail et proposer ses services afin de leur faciliter leur travail et s’enquérir des problèmes que pourraient rencontrer les enfants. Nous présentons nos condoléances que nous accompagnons comme c’est la coutume au village de quelques F CFA pour aider la famille.

Nous terminons notre visite par la famille du chef du village puis nous retournons à notre campement préparer notre premier diner à Guirobé, il fait encore très chaud, une bonne douche avant l’apéro sera la bienvenue.

Pendant notre visite au village, Augustin avait pris soin de faire amener pour chaque équipage 2 seaux de 10 l,et notre traditionnelle bassine remplie d’eu fraichement tiré au puits du maraîchage.

 

Assemblée Générale de l’APE

 


Cette réunion a lieu dans la cour de la maison du chef du village le 31 janvier 2013.

Tout le village est convié, Amadi Guiro en fera la traduction. Tout le monde écoute avec attention le discours que j’ai préparé pour l’occasion.

 

Bonsoir mes chers amis de Guirobé.

Nous sommes très heureux d’être à nouveau parmi vous après une si longue absence depuis décembre 2011.

Les évènements, la guerre pour libérer le Nord Mali tout proche d’ici, ont bien failli remettre
notre venue à plus tard.

Je remercie nos  amis Philippe & Yolande et Gérard & Cathy qui ont fait route avec nous Jacques & Nicole pour venir en voiture depuis la France jusqu'à Guirobé et croyez moi cela n’était pas facile de
prendre une telle décision dans le climat d’insécurité actuel qui règne dans les pays traversés et la ligne frontalière avec le Mali ou se situe Guirobé.

Nous avons suivi à la lettre les recommandations du Ministère des affaires étrangères qui suit en
temps réel nos différents déplacements afin de nous informer par anticipation des difficultés que nous pourrions rencontrer.

L’année 2012 a été très perturbée pour notre association.

Notre action principale était l’acheminement d’un grand nombre de colis pour le village et le collège de Kidira. Grace aux nombreux dons de France et à la générosité des membres de l’association Française Les amis de Guirobé nous avons pu réunir l’argent nécessaire pour effectuer ce transport pour un montant de 1 900 000 FCFA.

Les colis n’ont pas encore été livrés, aux dernières nouvelles, le transporteur a été bloqué à la
frontière Maroc/Mauritanie pendant 5 jours puis il a été contraint de retourner en France après avoir déposé les colis en lieu sûr à Tanger. Il doit repartir vers le 03 ou 05 février pour une livraison à Guirobé vers le 20 février.

 


L’école :

L’ensemble des membres de l’APE et le village doivent être remercié pour leur mobilisation à défendre le maintien des 2 instituteurs Augustin Faye et Souaibou Mané à l’école de Guirobé. L’arrivée d’un nouveau directeur Mr Ka a été empêché grâce à l’action de tous et Mr Ka a demandé sa mutation, par contre Mr Faye a été redéployé sur la communauté de Gabou à Santa Contayé à 50 kms de Kidira.

Mr L’inspecteur départemental Diop, s’est engagé à ce que ce redéploiement soit temporaire et il faudra dès la prochaine rentrée 2 instituteurs à Guirobé, c’est pourquoi il faut comme nous vous l’avions déjà précisé l’an passé recruter de nouveaux élèves. A ce jour il y a 23 élèves en CP et 10 élèves en CM1, avec les 20 nouveaux jeunes élèves prévus, nous aurons un effectif de 53 élèves et Augustin reviendra à son poste d’enseignant à Guirobé.

 

Pendant cette période intermédiaire, Augustin reste le trésorier de l’association car il a l’autorisation de Mr l’Inspecteur  de venir à Guirobé en fonction des besoins pour suivre la comptabilité et
correspondre par internet avec l’association Française.

Le bureau de l’association a fait le bilan et le contrôle financier des comptes qui sont bien tenus et justes.

 

Les bâtiments :

Le bâtiment de la nouvelle classe et des 2 appartements seront réceptionnés avec le maçon pour apporter quelques retouches .les sommes réglées correspondent aux devis, c’est bien.

Il reste à financer l’aménagement des appartements. Le mobilier sera commandé et fabriqué à  Kidira.

Les sanitaires ne sont pas terminés, ce n’est pas bien et regrettable. Le village s’était engagé à
creuser la fosse et cela n’a pas été fait avant la fin de l’année scolaire juin 2012.

Le maçon a pris beaucoup de retard de plus les raccordements des tuyaux ne permettront pas un
écoulement satisfaisant et les murs ne sont pas assez hauts pour mettre une couverture.
Il faudra approvisionner également 2 portes, une pour le local douche et l’autre pour les WC.

Nous allons revoir toutes ces malfaçons pendant notre séjour à Guirobé pour que les sanitaires
soient en service au plus vite.

 

Le maraîchage :

 

Il reste à rentrer 28 000F CFA sur les participations de 1 000 F par parcelle pour la caisse de l'école. Cela n'est pas normal, Augustin vous a sollicité plusieurs fois et il n'y a aucune raison pour que ces loyers ne soient pas réglés. Les récoltes ont été bonnes grâce à votre travail, la vente des légumes rapportent bien plus. Les retardataires doivent payer dans les meilleurs délais auprès d'Augustin, nous y veillerons personnellement avant notre départ car il n'est pas question de faire du crédit, l'association n'en a pas les moyens et cet argent est nécessaire pour l'école et l'éducation de vos enfants. Je compte sur la présidente du GIE des femmes qui a en charge la gestion du maraîchage pour régulariser cette situation au plus vite. 


 

 

 

 


La porte du maraîchage cassée en décembre 2011 n’est toujours pas réparée. C’est inadmissible. La part de location des parcelles qui revient au GIE est normalement largement suffisante pour entretenir les infrastructures du maraîchage  clôtures, puits etc. Si le matériel n’est pas régulièrement entretenu, vos récoltes risquent d’être dévasté et mangé par les animaux qui divaguent, et cela n’encourage pas l’association Française à réaliser des installations.

Le deuxième puits financé par les politiques pendant la dernière campagne électorale pour les
présidentielles est une bonne idée. Le bassin que nous avions prévu n’est plus utile, ce projet est abandonné, par contre je vous demande d’enlever au plus vite les gravats que le puisatier a laissé autour du puits, les enfants et les femmes qui viennent puiser de l’eau risquent l’accident.

L’association tient tout particulièrement à féliciter Mme AWAYEL qui a une très belle parcelle de légumes et de plus elle apporte tous les jours l’eau nécessaire à l’école pour le nettoyage des mains des élèves et pour se désaltérer. Son action est remarquable et pour la récompenser et l’encourager à continuer, l’association lui remet un téléphone portable qui provient d’un don d’un membre de
l’association Française.

Le grillage de la clôture du maraichage ne doit pas servir de support aux bottes de pailles »khoudo » Ces bottes doivent être enlevées et amenées au village, sinon le grillage cassera et le GIE devra engager des réparations importantes.

Cette année il y a 32 locataires de parcelles, certains en louent 2 voir 3 parcelles. Il en reste
encore quelques une de libre, je souhaiterai que d’autres locataires se manifestent, le GIE a demandé un grand terrain, 1 ha, l’aménagement a couté beaucoup d’argent pour l’association, le meilleur moyen de la remercier serait de cultiver toutes les parcelles. Vous devez être conscient que d’autres
villages vous envient et aimeraient bien avoir votre chance de pouvoir cultiver des légumes pour nourrir leur famille et faire du commerce.

 

Bourse des collégiens :

 

 

 

Cette année nous déplorons l’abandon de 5 élèves en cours de scolarité ! Nous examinerons
chaque cas avec les enseignants et les familles pour apprécier les raisons de ces abandons et essayer d’y apporter dans la mesure de nos moyens des solutions pour que cela ne se reproduise pas pour d’autres élèves. Je ne souhaite pas revenir sur le cas d’Aminata, Je vous ai fait parvenir en son temps un courrier qu’Augustin vous a lu en réunion. L’abandon de sa brillante scolarité à cause d’un mariage précoce préparé en cachette par sa maman nous a sidéré et nous avons bien failli abandonner notre aide au village et aux enfants, puis avec du recul il nous été anormal de faire payer une faute individuelle à tous le village. Nous avons assorti la  poursuite de nos actions au remboursement intégral des sommes perçues pour sa scolarité 2011/2012 soit 24 000 F CFA et l’engagement formel du village qu’il n’y aura plus jamais de mariage précoce pour les élèves.

Ces 2 conditions étant remplies, nous continuons l’aventure avec vous, je vous pardonne mais je
n’oublie pas !

 

Nous avons refait un point financier avec le directeur du collège et les enseignants sur le cout de
la scolarité. Les bourses seront augmentées pour l’année scolaire 2012/2013, le
montant par élèves sera de 20 000 FCFA

Bien entendu les bourses sont également attribués aux 2 lycéens de Guirobé qui ont brillement
réussi leur brevet des collèges et qui sont maintenant pour l’un au lycée de Kidira et pour l’autre au Lycée de Tambacounda.

 

Je demande au Trésorier de l’association Augustin de remettre 20 000 FCFA à chacun des
collégiens et lycéens qui sont

Dumou GUIRO      5ième A

Fatimata GUIRO  4 ième C

Arouna GUIRO    4 ième C

Salamata HOTTE 4 ième D

Rougui HOTTE   4 ième D

Haby GUIRO    4 ième A

Hamane HOTTE 4 ième A

Ramata HOTTE   6 ième B

Malick DIA         6 ième A

Diarry SAMBACOUNDA 5 ième B

Maîmouna HOTTE  5 ième A

Alassane HOTTE 5 ième A

Hadjiratou HOTTE 5 ième B

Isaga  GUIRO    5 ième A

Harouna CISSE 4 ième A

Issa GUIRO      4 ième A

Aîssata HOTTE 4 ième B

Aminata GUIRO 6 ième A

Seydou HOTTE  2 nd Lycée Tambacounda

 

5 élèves du collège ont particulièrement bien travaillés au cours de l’année scolaire 2011 / 2012 et
ont été inscrit au Tableau d’Honneur. L’association les récompenses par une prime de 5 000 FCFA chacun. Il s’agit de :

Salamata HOTTE, Arouna GUIRO, Hamane HOTTE, Issa GUIRO, Diarry SAMBACOUNDA

L’association les encourage à continuer leurs efforts et espèrent que cette année nombreux seront
les collégiens de Guirobé à être inscrit au tableau d’honneur.

 

Bivouacs Globe Trotter .

 

Cette année, l’organisateur de voyage en 4x4 Globe Trotter aura 2 groupes qui passeront par Guirobé,
un premier groupe le 03 février accompagné par Laurent ROY et un deuxièmegroupe le 05 février accompagné par René MEDGE.

Nous n’oublions pas que c’est lors de l’un de ces voyages auquel nous participions en février 2007
que nous avons eu la joie de découvrir le village de GUIROBE .

Le spectacle offert par les villageois et villageoises le soir au bivouac autour d’un feu et l’implication des enseignants auprès d’écoliers qui travaillaient au pied d’un baobab ont été le détonateur pour le début d’une longue histoire de relations et d’échanges.

Les 2 groupes seront composés chacun d’une trentaine d’équipages et nous essaierons de leur réserver le meilleur accueil, l’emplacement habituel situé dans la forêt de baobabs à plus d’un kilomètre en sortie du village sera peut être redéfini lorsque nous aurons rencontré les la gendarmerie de Kidira et déterminé les moyens à mettre en œuvre pour assurer la sécurité et la surveillance des bivouacs la nuit.

 

Je vous remercie de votre attention et je laisse la parole au chef du village, à la présidente du
GIE du maraîchage et aux enseignants.

Je remercie Amadi pour la traduction de mes propos, et je reste à votre disposition pour toutes vos
interrogations.

 

Jacques. Le 31 janvier 2013

 

 

 

Calcul des besoins financiers.

 

 


Ecole.

19 bourses       380 000 FCFA

5 tableaux d’honneur 25 000 FCFA

Aménagements logements Mr Boubou Sylla menuisier ébéniste.

2 Lits de 140 avec chevets

2 tables bureau avec 2 chaises 2 armoires

Montant total 447 000 FCFA

2 matelas mousse de 140 Ets Sall et Frères

Montant  40 000 FCFA.

Diverses fournitures Ets Sante Yalla-Seck et Frères

Outillage et fers, tuyaux PVC, Siphon, poulie, corde, ciment, contre plaqué, colliers.

Montant total 62 300 FCFA

Moulage de 80 briques 20 000 FCFA

Main d’œuvre pour finition maçonnerie Entreprise Baye DIOP
Montant 40 000 FCFA

Fabrication et pose de 2 portes aux sanitaires Mr Boubou Sylla

Montant 56 000 FCFA

4 tringles à rideaux posées 20 000 FCFA

 

Montant total 1 090 300 FCFA de fournitures et travaux engagés depuis notre arrivée.

 

Nous devons également prévoir les dépenses pour régulariser les petites fournitures pour l’école, les frais de reprographie, les frais d’Augustin et de Mané avancés pour leurs déplacements, connexion internet au cyber et envoie de documents. Nous alimentons la caisse sur présentation de factures

 


.


Nous rencontrons dans le village une entreprise chargée par l’état de réaliser des assainissements individuels, Hydro Système S A. Nous demandons à l’ingénieur Ibrahim Sylla chargé des travaux, si l’école peut bénéficier de cette aide et après renseignements, l’école peut prétendre à ce
type d’installation..L’organisme se nomme  AGETIP (AGence d’Exécution des Travaux d’Intérêt Public contre le sous emploi) cette agence est basée à Dakar

C’est le chef du village qui centralise toutes les demandes. Le prétendant remet 8 500 F CFA au chef du village comme participation au projet.

L’entreprise creuse une fosse qu’elle maçonne. Elle réalise un couvercle en béton avec 2 orifices spécialisés pour les WC et 2 orifices pour la ventilation.

Le prétendant doit mettre en place les murs soit en dur soit comme c’est souvent le cas à proximité des cases de murs en bois (canisses et feuillage). Attenant 2 bacs maçonnés avec réservoir d’eau sont prévus pour le lavage des mains.

Un emplacement est réservé à proximité du bâtiment de la classe de Mané,, ces sanitaires serviront aux enfants de l’école, tandis que les autres sanitaires avec douche seront réservés pour les appartements.

 

Visite des autorités :

 

Nous nous rendons en délégation à Kidira accompagné des enseignants pour rencontrer la Gendarmerie. Nous sommes gentiment reçus  par le commandant Mbaye SALL qui vient d’être
récemment affecté à Kidira.

Il attire notre attention sur les problèmes de sécurité, il fera faire par ses patrouilles des rondes régulières dans la zone ou nous bivouaquons près de Guirobé.

Pour les séjours du raid Globe Trotter, il nous demande de déplacer le lieu dans la zone ou nous sommes avant le village pour faciliter la surveillance.

 

Nous rencontrons le commandant Jean Christophe DIATA chef des Douanes à Kidira qui fera tout son possible pour faciliter notre séjour et interviendra auprès des postes de Douanes frontaliers avec la Guinée Conakry lorsque nous passerons

 

 

                    

 

 

Nous rencontrons le Père Robert BRONE de Coudiry qui a également en charge la communauté Chrétienne de Kidira. Il nous invite a l’office de dimanche qui aura lieu dans le hall d’un bâtiment à Kidira. Il nous fait visiter les bâtiments en construction d’une église (il reste encore beaucoup de travail à faire) mais il manque cruellement de financement, les bonnes volontés ne suffisent malheureusement pas, la petite communauté Chrétienne de Kidira n’a évidemment pas les moyens financiers de la communauté Musulmane.

Nous avons rencontrés des fidèles Chrétiens unis et très bien intégrés dans la vie locale de Kidira d’ailleurs la plupart travaillent à des postes importants dans les administrations de Kidira.

 

Raids Globe Trotter

 

                                                                                                                                                    

                        

                  

Nous suivons les recommandations de la gendarmerie et nous prévenons l’organisateur Laurent que le bivouac change de place et nous indiquons les nouvelles coordonnées GPS.

Augustin prend en charge l’organisation de ces 2 soirées avec la ferme intention d’être récompensé pas pour lui mais pour le village et pour son école.

 

Le village prépare le terrain, balayage d’une grande zone sous les baobabs à proximité de l’école.

Répétition par les jeunes filles de chants et de danses en costumes traditionnels.

Fabrication de petites poupées en tissus pour vendre en souvenir.

Nomination d’une brigade de surveillance formée par une quinzaine d’ados du village tous revêtus 
de la même tenue pour être reconnu et qui sera chargée de passer la nuit à surveiller le campement des voyageurs.

Laurent a demandé aux participants qui le souhaitent d’amener quelques colis pour l’école, fournitures, vêtements d’enfants etc...Nous sommes impatients de recevoir ces colis car cette année nos colis étant bloqués au Maroc, nous n’avons pas grand-chose à distribuer aux enfants.

 

Pour notre part, nous sommes ravis de recevoir à Guirobé des amis que nous avons connus les années passées au cours de raids avec Globe Trotter, Philippe et Monique, Yvan et Antonia,

Bernard et Dany, Jean Pierre et Nicole, pour ne citer qu’eux.

 

Le premier groupe arrive à Guirobé le 02 février soit une journée en avance .Globe Trotter avait prévu un circuit Sénégal, Guinée Conakry, Côte d’ivoire, Mali et retour par le Sénégal.

Les événements de guerre au Mali et les autorités Françaises ont imposées à Laurent pour des questions de sécurité à revoir son circuit. La Guinée Conakry est le seul pays autorisé après le Sénégal. Les groupes ont donc passé plus de temps que prévu en Guinée.

Les équipages arrivent très fatigués voir épuisés à Guirobé, les pistes de Guinée sont très difficiles, les 4x4 ont beaucoup soufferts. Les renseignements fournis par nos amis sont très précieux pour la suite de notre voyage qui passera par la Guinée avant de revenir à Guirobé.

Le groupe de René Medge arrive le 04 février.les équipages semblent moins fatigués et il y a eu moins de problèmes sur les 4x4.

 

Augustin a tenu parole, la mobilisation du village a été totale pour accueillir les raiders dans les meilleures conditions possibles. Les chants et les danses ont été appréciés. Après ce merveilleux spectacle traditionnel, tous les équipages ont regagné leur campement.

Comme prévu les ados ont surveillé les 2 nuits les campements et il n’y a pas eu d’incident.

 

                                 

Les lendemains peu d’équipage avaient apporté des colis, un grand merci à Philippe et Monique, Vincent et Sabine,  Jean Pierre et Nicole, Michel et Sylvie, à Mr G... opticien à Bayonne, pour son colis de lunettes, à Mr F... pharmacien pour son colis demédicaments, à Norbert et Françoise.  www.noric.be  pour leur don en espèce et d’autres que je ne connaissais pas et qui ont discrètement laissé quelques colis à l’école, ils me pardonneront de ne pas les citer ici.

 

Peu d’équipages ont laissés quelques FCFA pour récompenser les 2 nuits passées à surveiller les campements. Les FCFA généreusement donnés ont été centralisés par Augustin qui après concertation avec les intéresses fait 4 cagnottes

La vente des poupées va aux jeunes filles pour 12 000 FCFA, les ados qui ont assuré la sécurité pour 25 000 FCFA, les collégiennes qui ont fait le spectacle pour 35 000 FCFA. Les mamans qui ont fait
l’animation pour 35 000 FCFA (les mamans ont refusé  leur part quelles ont donné aux collégiennes)

La recette globale a été de 97 000 FCFA qui peut paraitre faible en rapport aux nombres de personnes qui ont profité de ce bivouac à Guirobé (plus de 100 personnes) Il faut souligner que la générosité
financière repose sur une vingtaine de personnes et ce sont souvent celles qui n’ont rien donné qui n’ont pas oublié de laisser leur poubelles sur leur emplacement ! Sachant très bien qu’il n’y a aucune structure pour traiter ces déchets à Guirobé. Le nettoyage du campement à nécessité plusieurs heures
de travail après leur départ !

 

Départ Guinée Conakry.

 

 


Il est temps pour nous de prendre la route pour la Guinée Conakry  ou nous prévoyons d’y rester

 3 semaines,
Nous retrouvons à Tambacounda nos amis Pierre et Elisabeth et c’est à 4 voitures que nous passons la frontière de la Guinée Conakry le mercredi 06 février, mais ça c’est une autre histoire que je
mettrais en ligne dans un autre article sur le blog.

Nos amis Gérard et Cathy ont quitté le groupe dès la deuxième étape en Guinée, c’est donc à 3 véhicules que nous avons fait pour la première fois un grand circuit en Guinée que j’avais organisé par un passage dans le Fouta Djalon puis les mines du Nord Est avant de descendre plein sud en Guinée Forestière. Passage obligé à la capitale Conakry pour accompagner Yolande à l’aéroport car elle doit rentrer sur Paris, et essayer de réparer la climatisation de mon Toyota, découverte des magnifiques plages du sud avant de remonter vers le Sénégal, a Tambacounda nos amis Pierre et Elisabeth
rejoindront directement Dakar.

C’est à Tambacounda sur le parking de l’Oasis Oriental ou nous passons la nuit que nous avons des nouvelles fraiches sur la guerre au Mali en effet un camion militaire de ravitaillement en carburant , une ambulance 4x4 et une voiture de gendarmerie 4x4 sont chargés d’accompagner les
troupes Françaises de Dakar à Bamako et ils en sont à leur deuxième voyage. Nos militaires sont surpris de rencontrer à Tambacounda des Français qui sont venus jusqu’ici avec leur voiture, nous sympathisons, échangeons, nous les remercions pour leurs engagements à défendre et leur travail

 

 

Nous retiendrons les évènements suivant :

         
-Un parcours à 90% de pistes dont plus de la moitié très difficiles.

-Un réseau routier goudronné en très mauvais état

-Une population très accueillante toujours prête à nous donner quelques choses fruits, médicaments un comble pour un pays africains, quel contraste en comparaison aux autres pays « pollués «  par le
tourisme.

-Le manque cruel d’infrastructures, paradoxalement une très grande quantité et qualité de bâtiments d’école.

 -La pauvreté d’une très grande majorité de  Guinéens alors que le pays regorge de
matières premières véritables richesses qui sont peu ou pas encore exploitées

        
-L’argent Guinéen, la Guinée n’utilise pas le F CFA mais son propre Franc, le Franc Guinéen, le plus gros billet est 10 000 F qui vaut environ 1 Euro !!les autres billets sont 5 000 (50 cts d’euros)
1 000 F (10 cts d’euros) et 500 F (5 cts d’euros) nous n’avons pas vu de pièce de monnaie. Sachant qu’un litre de GO vaut environ 10 000 F (1 €) un plein vaut 1 000 000, 1 million de francs soit 100 billets de,10 000 F. Les pompistes ont des grosses poches !!

 

                                   


Le 28 février nous sommes de retour à Guirobé à 2 voitures.

 

 

Retour à Guirobé :

 

Le travail ne manque pas et nous nous remettons immédiatement à la tache.

 

Bakel

 

Nous arrivons à l’inspection départementale de Bakel avec Mané et Augustin pour :

-rencontrer Mr L’Inspecteur départemental DIOP.

-Essayer de régler le problème d’inscription à la mutuelle des fonctionnaires pour Augustin

 

Mr l’Inspecteur départemental Diop nous reçoit et nous confirme les échanges téléphoniques et emails de novembre et décembre 2012.

Il nous informe qu’il lui manque 80 enseignants sur son secteur. Il a donc été contraint de redéployer ses effectifs en fonction du nombre d’élèves par école. C’est pourquoi provisoirement 1 seul instituteur
aura en charge toutes les sections dans une seule classe à Guirobé.

Dès que le premier instituteur lui sera envoyé de Dakar, Augustin retrouvera en priorité son poste à Guirobé. Mr Diop nous informe qu’il a proposé à Augustin de rester à Guirobé et Mané sera redéployé. Augustin à refusé cette proposition et il attendra si besoin la prochaine rentrée pour revenir enseigner à Guirobé.

Mr Diop nous confirme également qu’il autorise Augustin à se rendre à Guirobé autant que de besoin pour assurer la comptabilité de l’association et pendant notre séjour.

Mr Diop nous remercie pour toutes les actions que nous réalisons pour l’école et le collège de Kidira.

Avant de prendre congé, il nous met en relation avec l’Inspecteur adjoint Djibril Samba chargé du district de Kidira dont fait partie Guirobé.

 

Après vérification du dossier de mutuelle et quelques écritures, l’inscription d’Augustin est effective

 

Collège de Kidira

 

Nous arrivons au collège de Kidira pour faire connaissance du nouveau principal Mr Moussa DIOUF que nous rencontrons avec le gestionnaire Paul Diatta.

Mané et Augustin retracent les actions entreprises par l’association depuis 6 ans à Guirobé. Le bureau de Mr Diouf est trop petit pour autant de personnes malgré la climatisation, gentiment Mr Diouf envoie un collaborateur chercher des canetes de jus de fruits frais qui sont les bienvenus.

 

Nous remercions Mrs Diouf et Diatta pour les courriers adressés en avril aux instituteurs (voir ci après ces 2 courriers) qui trouvent les actions de l’association auprès de l’école très efficace, les résultats des élèves collégiens de Guirobé le prouvent.

Nous présentons nos regrets pour les problèmes que nous rencontrons avec le transporteur Mayali. A ce jour les colis dont le risographe que nous avons acheté en France et les microscopes généreusement donnés par Le Lycée Raoul Dautry de Limoges  sont bloqués au Maroc.

Nous mettons tout en œuvre pour trouver une solution à cette livraison dans les meilleurs délais. Nous savons maintenant que le risograph ne pourra pas être livré à Kidira avant notre départ. Mr le Principal veut rester positif et pense que le risograph sera bientôt livré et que nous avons fait le
maximum car cette situation n’est pas de notre fait.

Nous le remercions de ces bonnes paroles qui atténuent notre déception.

Nous prenons congés en échangeant nos emails personnels pour garder le contact.

 

Collège de Kidira : Projet d’établissement.

Titre, Agissons ensemble pour la réussite de l’élève.

http://www.kidira.edu.sn

 



Réception construction  bâtiments

 

 


 

   
                                


Nous faisons le tour du bâtiment de l’école et des appartements, il faudra améliorer la pose et le crépi des briques qui servent à retenir les tôles de toiture.

Ces travaux sont exécutés le jour même. Le bâtiment des sanitaires, le raccordement à la fosse ne
sont pas conformes, nous décidons d’apporter les modifications suivantes :

Rehausses du sol des WC pour augmenter la pente vers lafosse.

Rehausse des murs du bâtiment et couverture  avec les morceaux de charpente et les tôles
récupérées sur l’ancien bâtiment de l’école.

Mise à l’air libre de la fosse par une tuyauterie PVC fixée sur le mur arrière du bâtiment.

Pose d’un siphon et réfection du sol dans la douche.

Remblaiement des gravats autour et dessus la fosse.

 

Tout le village se mobilise et avec l’aide du maçon nous coordonnons ce chantier qui sera terminé en 2 jours. Le menuisier n’aura plus qu’a poser les 2 portes dès qu’elles seront fabriquées.

 

Divers

 

Nous remettons aux enseignants un équipement d’éclairage solaire que nous avons fabriqué en France.

Cet équipement comprend : Un panneau solaire de 10w avec support

                                          Un accu 12 v 17 Ah

                                           Une lampe sur pied avec une ampoule 12 v basse consommation

L’efficacité de cet éclairage permettra aux instituteurs de travailler leurs cours le soir dans leurs appartements

 

                  .


Repas

 

 

 


Nous ne pouvons pas refusé sans les blesser, le bélier offert en repas pour nous remercier et partager ensemble un bon moment. Les hommes s’affairent a la préparation du bélier et les femmes à la préparation des légumes et à la cuisson.

 

Ces moments de partage sont chargés d’émotion car ils signalent l’approche de notre départ.

 

Le 06 mars après avoir démonté notre campement et avoir salué le village, nous quittons Guirobé en pensant déjà à notre prochain voyage.

 

 Conclusion :

Ce voyage à Guirobé à été très riche et très fort en émotion. Après 6 années d’actions soutenues et
grâce à la générosité de tous les membres de l’association, cette’’ petite goutte d’eau’’dans l’océan de la misère humaine est utile, efficace et passionnante.

Je fais le vœu que le transporteur livre au plus vite les colis à Guirobé, il est très attendu.  

 

Un grand merci aux amis de Guirobé  pour leurs dons année 2012 :

 

Yolande et Philippe, Dany et Bernard, Isabelle et Eric, Amélia et Jean, Noa, Dune , Perle, Bruce et Christine, Brigitte et Louis, Bertrand et Christine, Bernard et Geneviève, Pierre et Nadjet, Gérard et Cathy, Joseph, Claude, Josette, Nathalie et Willy, Danielle, Flavie, Yolande, Brigitte , Noémie, Bernard, Frédéric, Le lycée Raoul Dautry, Nicole et Jacques.

 

Par Voyage forum, j’ai fait la connaissance d’une association ‘’Comment ça va ‘’ présidée par Chantal H...Y qui s’occupe du village Dialakoto à l’entrée du parc du Niokolo Koba au Sénégal. Après de longuesannées d’engagements, en 2012, la présidente  n’a plus la foi, trop de déception humaine au sein de son association et elle décide de jeter l’éponge.

Au cours de son assemblée générale, l’association Comment ça va à décidé de confier la continuité de ses actions à Dialakoto et le matériel à une autre association avec laquelle elle a déjà travaillé hptt://www.icd-afrique.org.  Et après liquidation de ses comptes, le solde sera versé à l’association Les amis deGuirobé.

Au nom de tous les amis de Guirobé, je remercie cette association et sa présidente pour cette décision. J’espère que nous aurons le plaisir de la recevoir prochainement à Guirobé .   

 

PROJETS 2014

 

-Continuer et intensifier l’aide pour les besoins de l’école, fournitures et bourses.

-Etude d’un moyen de transport pour les collégiens (Guirobé-Kidira)

- Aide au collège et au Lycée de Kidira

- Construction d’une cantine scolaire

- Clôture de la zone réservée à l’école

-Plantation d’arbres dans la cour de l’école.

 

               

 

 

 

 

 

 

 




  

 

 

 

 

 

 

 

 

   



06/05/2013
0 Poster un commentaire